foto

Elie (Live)

Patrick Bruel

Il t'a regardéPuis il m'a souriDepuis si longtempsIl n'avait rien ditY avait presque un siècleQui vous séparaitLe long de sa joueUne larme coulaitIl t'a pris au bout de ses brasDans un éclat de rireToi, bébé, tu sa pris son doigtComme pour le retenirPuis il t'a parléDe cette vie passéeIl t'a racontéLa tienne qui commençaitToutes tes colèresToutes tes peines, tes joiesTes plus belles guerresCelles que l'on ne gagne pasEt puis ses yeux se sont posésDoucement sur chacun,Et chacun de nous y lisaitQuelques mots pour demainVivre pour pouvoir revivreC'est là ton seul devoirCelui de dire pour rester libre,Celui de ta mémoireSes yeux chantaient merci, merci,J'ai plus peur de partirEt puis vient Céline,Celle qui aimait tantElle n'aimait que luiDepuis soixante-deux ansIl la regardait,Pas besoin de mots,Ses yeux lui disaientNe tarde pas trop...
publicidade